Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soumision / Houellebecq

Soumision / Houellebecq

Je n'ai jamais rien lu de cet auteur avant ce livre... et je suis tombée sous le charme du personnage lors d'une interview un sombre samedi soir de septembre sur France 2... il parait que j'ai eu de la chance puisqu'il était sobre...

Il était invité sur le plateau pour parler de son dernier livre : Soumission... et j'ai adoré la polémique, j'ai adoré comment il en a parlé et surtout j'ai adoré qu'il dise : lisez et faites vous votre propre opinion.. Et puis, une petite main malicieuse me l'a offert pour mon anniversaire... Je l'ai ouvert tout de suite et je viens de le terminer : Oui je sais 1 mois pour terminer un livre de 300 pages ou vis ma vie de maman !

Bref... ce livre c'est un peu une pépite, enfin c'est surtout un moyen de se faire réflechir et encore plus avec les évènements qui secouent actuellement la France. 

François le professeur de la Sorbonne est français et jouit d'une petite reconnaissance pour ses travaux. Je l'ai imaginé un peu has been, avec des cheveux longs un peu filasse, des lunettes d'un autre temps, un blouson de cuir plus tout jeune... On découvre au fil des pages, qu'il n'a que son métier dans la vie et qu'il est sur le point d'assister à des élections présidentielles d'anthologie : le Front National de Marine le Pen, contre La Fraternité Musulmane. Le titre « Soumission » (traduction d'Islam), évoquant la « soumission à Dieu », vous aide déjà à prédire quel sera le résultat… et avec ceci son lot de questions : comment ? pourquoi ? un moindre mal ?

Contre toute attente vu les polémiques, François n'est pas raciste, mais juste un peu destabilisé par les changements radicaux qui s'opérent dans son pays. Il est plus dans l'observation et dans l'individualisme... il continue à vivre sa vie doucement, en se souciant des détails : factures, lectures, sexes, rencontres... et puis petit à petit, il faire face à la réalité et ne plus fuir, puisque l'on propose à tous les professeurs de la Sorbonne de prendre une retraite anticipée ou bien de se convertir à l'Islam.
La Sorbonne devient donc exclusivement masculine et des marieuses se chargent de trouver des jeunes étudiantes pour les professeurs devenus polygames.

Le statut des femmes changent beaucoup, évidemment : les allocations augmentent, permettant ainsi aux femmes de ne plus travailler et de faire des enfants, de laisser de la place aux hommes, baissant ainsi le nombre de demandeur d'emploi et donc le chomâge. La celule familiale est remise en place : femmes et enfants sont sous la coupe du mâle, la paix est revenue. Les femmes se vêtissent de longues robes et ne se découvrent plus, calmant ainsi le mâle en rûte. François est surtout perturbé par ce dernier changement : il ne peut plus se faire des films ni séduire ses étudiantes... doit il s'intégrer ? lutter et s'enfuir ? où est sa place ?

Ce roman est une lutte acharnée entre la liberté et la soumission.

Une lutte acharnée entre notre république laïque où l'on sépare l'Eglise et l'Etat, le pays de la liberté, des droits de l'homme, de l'égalité et un pouvoir religieux d'un autre temps, d'une autre époque. Le vide sidéral des partis politiques pousse la population à se diriger vers la spiritualité et du coup vers la Fraternité musulmane. La brèche est là...

Je pense que peu importe la religion qui est mise en avant (ici l'Islam); l'on peut sans sourciller la remplacer par toutes les religions... toutes les religions feraient la même chose ! une fois au pouvoir, elle exclut ceux qui n'y adhèrent pas ou fait un peu de forcing (argent, menaces, endoctrinement...) pour les faire s'intégrer.

Au final, les libertés individuelles en prennent un bon gros coup et je ne vous reparle même pas de celui de la femme, pas besoin, je vous laisse imaginer le pire :) la liberté d'expression, la presse est muselée et je pense que la polémique vient de là concernant ce livre : il est sortie en même temps que l'horrible massacre par des extrémistes chez Charlie Hebdo... une ironie du sort tout simplement ou une manipulation des médias...

L'auteur n'incite pas une seule seconde à voter pour le FN mais je pense qu'il met juste en garde, qu'il incite à la vigilance et surtout il nous force à nous poser une seule question : et moi, je ferais quoi ? et puis il fait vraiment la part des choses entre la religion musulmane et les extrémistes.

Paradoxalement, je ne comprends pas cette polémique, puisque l'auteur ne dit jamais que c'est une mauvaise chose cette accession au pouvoir, il décrit même le nouveau Président comme une personne censée, qui fait des compromis, maintient l'ordre... alors bien sûr, dans le pays des droits de l'homme, nous, le pauvre lecteur, on est un peu secoué par certaines situations, par une certaine idéologie, mais n'est ce pas ça le but d'un livre : nous faire réfléchir ?!

En réalité, il n'est pas si angélique que ça, puisqu'il vise la réalisation d'un empire européen en se basant sur l'empire romain, mais avec une élection démocratique et une avancée telle une araignée tissant sa toile. Mais en même temps, c'est un homme politique, ils sont tous pareils.

Ce livre c'est une incitation à se réveiller, à ne pas faire des amalgames...
Houellebecq se sert d'un contexte très similaire du nôtre, les élections de 2022, avec des noms du domaine politique qui nous sont familiés (Hollande, Bayrou) ou des médias (Pujadas) qui implique que c'est possible tout ça... et puis le fait que le personnage principal soit dans le domaine de l'enseignement et donc de l'éducation, la base donc de tout un chacun n'est pas non plus une coincidence. L'éducation est clairement le pôle stratégique, le pilier de notre société et en le maitrisant, on maitrise doucement tout le reste.

Il démontre royalement que tous les domaines peuvent être soumis d'une manière ou d'une autre. On pourrait croire que le domaine de l'éducation, avec les érudits qui la compose serait un roc et pourtant... eux aussi abandonnent la liberté de penser, la liberté d'expression... juste la liberté finalement. Le nouveau Président maitrise parfaitement les rouages : argent et sexe ! et puis il profite d'un contexte : les gens se sentent délaissés, la solitude est le quotidien. Il fait miroiter aux hommes l'appartenance à une communauté et surtout la possibilité de se faire chouchouter par plusieurs épouses... la chair est faible.

J'ai vu et lu de nombreuses réactions de l'auteur sur son livre et au final, il dit des choses censées : il y a de nombreuses idées là-dedans mais surtout une observation aiguisée, froide et sans détour de notre société actuelle. Une société qui prend ses valeurs, les libertés pour acquises, que rien ne peut changer... et pourtant.

Il met en avant certains signaux d'alarme qu'il a pû voir en France, mais son regard aiguisé pointe aussi du doigt cette religion parvenue au pouvoir, et c'est ce qui rend ce livre drôle, dérangeant, pertinent mais aussi et surtout flippant.

Bref, Houellebecq n'épargne personne, mais nous permet de nous poser des questions.. et si ? comment ? et moi ? Comment sommes nous arrivés dans un monde ou il faut choisir entre la peste et le scorbute ?

J'ai aimé, j'ai même beaucoup aimé : pas de langue de bois, pas de métaphore à n'en plus finir, un chat est un chat, un con un con, une religion une religion... le style de l'auteur me convient c'est limpide et surtout fluide, même les scènes sexe sont écrites d'une façon inédites...

Que vous dire de plus : à lire en urgence !!!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mélanie 09/12/2015 09:20

Je m'autorise enfin à lire ta critique :)
Ton article est génial, tu résume extrêmement bien le roman et ce que tu en as pensé.
Je crois qu'il est temps de penser à une reconversion ;)

Sardine 30/11/2015 14:11

Fanny l'avais déjà très bien vendu du coup c'est sur il fera parti de ma PAL ;)
Des bisous mes Mojitées

Fanny 30/11/2015 09:17

Je me doutais que ça ne te laisserait pas indifférente non plus.
Outre l'histoire qui nous fait nous poser en permanence des questions, j'ai adoré le style. Bien loin de ce que je m'étais imaginé, un truc inaccessible... Alors que pas du tout.
Je vais hientot attaquer le prochain.
Bisous ma biche