Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes lectures #5

Mes lectures #5

Le pitchMaman disait de moi que j'étais un ange. Un ange tombé du ciel. Mais les anges qui tombent ne se relèvent jamais...

Je connais l'enfer dans ses moindres recoins. Je pourrais le dessiner les yeux fermés. Je pourrais en parler pendant des heures. Si seulement j'avais quelqu'un à qui parler...

Tama est une esclave. Elle n'a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin... 

Mon avis : ce livre est à lire en urgence !! il a opéré sur moi comme une drogue, une drogue dure, mauvaise mais qui rend accro ! 

Quand je l'ai terminé, je me suis retrouvée là, sous le choc, dans mon lit, bien au chaud, avec l'accès à l'eau, à de la nourriture, à la vie... et je me suis demandée : combien de Tama ? 

 

Madame Giebel signe là un livre incisif, fort, haletant, prenant... des chapitres courts comme des upercuts, c'est violent, noir très noir, et pourtant on s'attache à cette jeune fille, on aime avec elle, on apprend avec elle et surtout on souffre et on a soif de vengeance... comme jamais. 

 

Ce livre c'est la sordide histoire de Tama mais aussi l’histoire de tellement d'autres enfants... ces âmes qui viennent d'un autre pays afin de connaitre la grandeur de la France, ces âmes que l'on confie à des gens sans scrupules qui les exploitent ! Bienvenue dans l'esclavage moderne ! Bienvenue dans ma France actuelle. L'esclavage existe encore, il est sournois, violent, sans loi, sans limites... 

Tama est une petite fille marocaine vendue par son père qui espère lui donner ainsi l'espoir d'une nouvelle vie. Elle est rapidement placée dans une famille très aisée et s'occupe de tout : des enfants, de la cuisine, du ménage, elle travaille jour et nuit, dort dans le garage ou sur le balcon, n'a pas le droit de manger ni de boire quand elle veut, ne possède rien, n'existe pas. Elle enchaîne les familles abominables les unes après les autres. Il n'y a pas de répit, jamais. 
Mais Tama est courageuse, elle se bat, se soigne, se défend quand elle peut... et puis, un jour, elle rencontre au détour de son enfer l'amour, mais un amour violent, fort, intransigeant, destructeur. 

 

Je me suis beaucoup attachée à Tama... si vous saviez les bouffées de violence que j'ai éprouvé moi aussi pour ces bourreaux, si vous saviez ce que j'ai pensé à leur faire avec un fer à repasser ou un clou moi aussi ! j'ai éprouvé de la haine pour certains personnages, une haine réelle, une haine violente.

Ce livre m'a remué les tripes et le cerveau.

 

Giebel est un des seuls auteurs à me faire ressentir ça ! elle m'a emmené loin, loin dans mes retranchements, dans des endroits que je ne pensais pas exister.. et j'ai adoré ça ! son histoire est intense, et j'ai vraiment été bouleversée. 

Bref : si vous aimez la noirceur, la vraie vie, alors foncez ! 

 

Mes lectures #5

Le pitch : Noah Wallace est un homme usé, l’ombre du brillant profileur qu’il était jusqu’à ce qu’un accident lui enlève à la fois sa femme et sa carrière. Mais un appel téléphonique va le contraindre à reprendre du service. Son ami et ex-coéquipier Steve Raymond a besoin de lui. Une carte postale trouvée sur le lieu d’un crime atroce au Canada l’implique directement et le ramène à une série de meurtres commis cinq ans plus tôt. Tout porte à croire qu’un tueur en série présumé mort, le Démon du Vermont, est de nouveau à l’œuvre.
Dans le même temps, à New York, la journaliste-blogueuse Sophie Lavallée enquête sur un reporter disparu dans les années soixante-dix.
Et si les deux affaires étaient liées par le même sombre secret  ?

Mon avis : j'ai beaucoup aimé ce thriller, même s'il est bien moins dingue que sa réputation ne le présage. J'ai néanmoins passé un excellent moment sous la plume de ce compatriote lorrain.

Noah, ancien profileur, est contacté par son ex-coéquipier pour enquêter sur un crime horrible qui vient de se produire au Canada. Le modus operandi est identique à celui d'un sérial killer présumé mort 5 ans auparavant. 

A côté de ça, on suit une enquêtrice blogueuse qui cherche à élucider la disparation  d'un reporter célèbre dans les années 70. 

Quel est donc le lien entre ces deux histoires...

Dès les premières pages, le ton est donné : glauque et sombre ! on part à la découverte des corps d'un homme et de sa fille qui sont atrocement mutilés. L'univers de l'auteur est à la hauteur des plus grands : il fait froid, c'est sinistre, pesant, sombre.

L'intrigue est lancée, in se retrouve bien rapidement au Canada, dans le feu de l'action.

Noah est un homme blessé, il a perdu sa femme dans un terrible accident alors qu'il poursuivait un tueur en série. Il a lui même été gravement blessé, laissé pour mort. Depuis, il n'est plus que l'ombre de lui même, l'ombre de l'excellent policier qu'il était avant. Il a tout vécu : coma, traumas, séquelles, amnésie. 

Il reprend du service pour une raison simple : une carte avec son nom a été trouvée sur la scène du crime. Le Démon est de retour et réclame sa présence, le jeu n'est pas terminé et il promet d'être haletant. 

Est ce le même meurtrier ? un admirateur ? 

Sophie, notre journaliste blogueuse, a décidé de résoudre l'énigme de la disparition de Edgar Trout. Elle creuse le sujet, pose des questions, et publie ses infos sur son blog... un jour elle reçoit un mail anonyme avec une photo et un nom. En creusant, elle débouche sur les traces de l'affaire Donnie Brasco. Elle remonte la piste de criminels, se mettant en danger... 

Je ne peux pas vous en dire plus, je ne veux pas vous en dire plus... j'ai peur de vous révéler un petit élément qui vous fera trouver la ficelle qui démêle tout. 

Le puzzle est oppressant, abominable, terriblement bien mené et il suffit d'une petite ficelle pour tout comprendre. C'est bluffant, surtout pour un 1er roman, et malgré quelques petites imperfections, on lui pardonne avec bienveillance. 

J'aime les chapitres courts et percutants, les titres un peu loufoques ou ambigus. Tous les chapitres sont des briques que l'on assemble doucement mais surement. Il ne faut rien louper, tout lire et lire parfois entre les lignes. 

Amateur de thriller, n'hésitez pas ! Âmes sensibles s'abstenir... 

Mes lectures #5

Le pitch : Jusqu'au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l'auteur de La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey.
Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.
Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012 il quitte l'hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman.
Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu'il éprouva jadis pour cette famille de l'Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s'effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu'au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu'est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

Mon avis : le style de Joël Dicker est banal, fluide, un peu simplet mais il est percutant et pour ma part, je tombe vite sous le charme de ce conteur de notre époque.

Après "La vérité sur l'affaire Harry Québert", Dicker nous emmène à la découverte d'une famille, d'une famille avec ses secrets, une famille avec son histoire : Les Goldman. 

Marcus Goldman est notre narrateur. Il raconte l'histoire de sa famille, les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair

Avant le drame, son oncle est un homme riche, puissant, un bussiness man brillant et aimé qui habite avec sa tribu à Baltimore. Marcus, lui, est de la branche modeste des Goldman, ceux de Montclair. 

Encore une fois, je ne souhaite pas vous dévoiler l'intrigue mais au fil des pages, on suit la jeunesse épique des trois cousins Goldamn.

Hillel (le surdoué), Woody (l'enfant recueilli) et Marcus, celui qui rejoint ses cousins pour former le gang des Goldman, le trio inséparable. 

Marcus les aime autant qu'il est jaloux.... il a tellement mais tellement envie de faire partie intégrante de cette famille, belle, riche, cette famille qui de son point de vue à tout, absolument tout. Cette famille est tellement plus belle que la sienne, et pourtant... le secret, la vérité, la vie tout simplement. 

Mois après moi, années après années, on parcoure la vie des Goldman et on les aime plus ou moins. Cette saga familiale m'a fait un peu penser à la série US "This Is Us". Et puis, en effet, le drame et l'éclatement de la famille, la fin de tout, la fin de l'épopée fantastique, la révélation, la tromperie, les abus. 

Le livre des Baltimore est une saga familiale ! on tombe dedans avec dédain et puis, on s'y sent bien, on avance avec eux, on les aime, on les déteste, on ne comprend pas et puis enfin, la révélation. 

Joël Dicker, le conteur moderne, a encore frappé et pour ma part, j'ai adoré ! 

La suite, La Disparition de Stéphanie Mailer, est déjà dispo un peu partout. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Is@belle 17/05/2018 17:43

Waaooww !!!.....tu me donnes trop envie de lire le Giebel ! Merci