Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes lectures #8

Mes lectures #8

La nuit des enfants rois

Pitch : La Nuit des enfants rois se déroule à toute allure, comme un merveilleux film, d'où l'on sort ébloui. Cela se passe, une nuit, dans Central Park, à New York : sept adolescents sont sauvagement agressés, battus, certains violés. Mais ces sept-là ne sont pas comme les autres : ce sont des enfants-génies. De l'horreur, ils vont tirer contre le monde une haine froide, mathématique, éternelle. Avec leur intelligence, ils volent, ils accumulent les crimes parfaits. Car ces sept-là ne sont pas sept : ils sont un. Ils sont un seul esprit, une seule volonté. Celui qui l'a compris, Jimbo Farrar, lutte contre eux de toutes ses forces. A moins qu'il ne soit de leur côté... Alors, s'ils étaient huit, le monde serait à eux et ce serait la nuit, la longue nuit, La Nuit des enfants rois.

Mon avis : je me suis lancée dans cette lecture avec délectation, j'adore les livres qui décortiquent les us et coutumes d'une minorité, à savoir ici les 7 adolescents les plus intelligents du monde... machiavélisme nous voilà !
Dans ce roman, on découvre rapidement que l'intelligence rime ici avec le côté obscur, le crime, la violence, l'argent, le sexe.

Jimmy Farrar est celui qui les a découvert. Petit génie de l'informatique, il a mis en place un logiciel permettant de compiler des années et des années de résultats scolaires, passé et avenir, afin de les trouver eux.
Quand il les découvre, les enfants ont 7 ans... alors il attend patiemment quelques années et les fait se rencontrer, créant sans le vouloir un groupe de tueurs en puissance, des psychopathes en puissance.
Jimmy s'en rend compte mais il est trop tard, l'histoire est en marche... va t'il réussir à les contrer ? va t'il s'en sortir indemne ?
Pourtant, après avoir lu la moitié du roman, j'ai commencé à déchanter... trop de chiffres, trop d'opérations bancaires.. j'aurais préféré en savoir plus sur ses adolescents pas comme les autres, un peu de psychologie, un peu de piments...
J'ai finalement trouvé que ces adolescents même hyper intelligents n'étaient que des sales gosses, comme beaucoup d'autres.

La plume de l'auteur m'a amusé au début et puis m'a rapidement ennuyé ! il manque par endroits de punchlines, de moments qui percutent...

Bref, autant j'ai beaucoup aimé le sujet, autant je suis déçue par l'approche de l'auteur... qui semble s'ennuyer aussi parfois :)

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

Le pitch : La loi de Murphy n'est rien comparée à la loi d'Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu'on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l'évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s'emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu'elle a depuis l'enfance qu'il lui a toujours manqué quelqu'un ? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l'ETA servent d'école buissonnière. Et que l'accident d'un instant devient la fracture de toute une vie? On peut se laisser choir ou faire le saut de l'ange. Être boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l'esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.

Mon avis : je ne sais pas trop comment ce livre est arrivé dans mes mains mais j'avais envie de changer de mes thrillers habituels alors je suis tombée sous le charme d'un flamant rose.
Ce n'est qu'en refermant le livre que j'ai compris que Diane Ducret signe ici son autobiographie.
Le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle est définitivement une survivante, une guerrière, une warrior.
J'ai aimé ce petit bouquin, même si par endroit il est un peu long... mais je me suis attachée à cette éclopée de la vie, cette écorchée vive.

Il faut dire qu'elle traverse sa vie sur les chapeaux de roues : retirée de la garde de sa mère qui est danseuse de cabaret, elle est confiée à une famille qui est en fait ses grands-parents.
Elle n'a pas vraiment de père et elle ne sent aimé de personne, jamais. Elle enchaine les soucis physiques (fractures..) et psycho avec dans le désordre : violence, déboires sentimentaux, drogue, sexe, avortement, attaque de l'ETA, c'est un peu le chat noir que l'on ne veut pas avoir à ses côtés.

Elle dit d'ailleurs d'elle même : "les fées se sont penchées sur mon berceau mais elles devaient être bourrées" !

Et puis dernier sujet épineux : la relation avec sa mère... le manque, la fin, les retrouvailles, la maladie et la découverte de l'autre quand il est trop tard.

Ce livre est la pure représentation de cette célèbre phrase de Nietzsche que j'aime tant : Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort". Où comment on se bat avec la vie, pour la vie, contre la vie, et toujours se relever !

Bref un petit roman à lire parfois au second degré :)

Red Queen

Pitch : Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

Mon avis : je lis rarement la littérature Young Adult mais je ne sais pas pourquoi le titre m'a appelé et la couverture a terminé de me convaincre.
Je suis donc partie à la découverte de ce livre qui est classée dans la catégorie dystopie, à savoir "un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur". ça donne envie hein ?!

Au bout d'une cinquantaine de pages, je me suis souvenue d'un blockbusters que j'ai vu il y a pas si longtemps : Hunger Games ! mais oui, en fait c'est un style Hunger Games.
Une héroïne Mare est rouge, elle est rouge parce que son sang est rouge. Ceux de sa caste sont des miséreux qui vivent de petits larcins, qui tentent de survivre comme ils peuvent souvent dans la misère, le vol et la violence.

Et puis, il y a les Argents... ceux dont le sang est de cette couleur sont les puissants, les maitres, ils sont grands, beaux et forts.
Mare bascule de l'autre côté et devient l'une d'entre eux, l'une des Argents aux sang rouge... elle se voit promise au fils du roi, pas l'héritier non, mais celui qui jamais n'accèdera au trone, tout du moins en théorie.
Les Argents sont puissants mais aussi détenteurs de pouvoirs complètement dingues, jouent avec le feu, la lumière, l'eau, l'air, se transforme, sont invisibles... bref ils ne sont pas comme les rouges qui eux ne sont rien de plus que des miséreux.
Avec Mare qui se voit intégrer dans le monde des Argents, on découvre les différences, les mélanges, les ruses, les confrontations...

Le style de l'auteur est plutôt fluide même si par moment un peu chaotique, malgré tout l'histoire se tient. L'histoire est intéressante, quoi que parfois un peu tirée par les cheveux mais bon, en même temps, c'est un style propre aux young adult.
Je ne sais pas encore si je vais continuer cette saga, le  tome 2 est disponible ainsi que le 3. Sans doute, aurais je envie à un moment où à un autre de connaitre le triste sort réservé à Mare... où pas :)

Claustration

Pitch : Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils portent le même tatouage sur le bras...
Clara, disparue depuis plusieurs semaines, se réveille un matin étendue sur le sol d'une cellule obscure et infestée d'insectes ; Monsieur Concerto tente de découvrir les raisons qui l'ont conduit dans une chambre d'isolement, tandis que Charles se cloître de son plein gré.
Chacun d'entre eux se retrouvera face à son destin. Mais, dans leur quête de la vérité, ils se rendront très vite compte que les apparences ne sont pas celles qu'ils croyaient...

Mon avis : ce livre est bizarre, étrange, dérangeant... je ne sais pas si j'ai aimé ou pas, je ne sais pas si je vous le conseillerais ou pas..
On y parle réclusion volontaire, prise en otage, isolement, séquestration, folie...
On ne sait pas le lieu, ni l'époque, tout est centré sur les personnages.

Il y a d'abord Clara qui a été enlevée et séquestrée. Elle ne sait pas comment ni pourquoi. Son amie Françoise la cherche et ne lâche rien, même si elle va être rattrapée par la vie.
Il y a Charles ensuite qui a délibérément choisi l'isolement de sa cave pour échapper à la loi et qui du coup, a emmené sa femme avec lui dans la folie.

Monsieur Concerto lui est interné car il représentait un danger pour lui même et les autres.
Qui sont ils ? Pourquoi sont ils là ? quel est le point commun ? et ce tatouage ?
Je me suis rapidement doutée de l’identité du tortionnaire mais je voulais comprendre ! Malheureusement, je suis restée sur ma fin et vraiment il manque quelques pages pour en faire un incontournable. J'aurais aimé en savoir plus sur le choix des enfermés, les circonstances... J'en ai eu l'eau à la bouche mais l'auteur manque juste un peu de panache !

Ce livre est une bizarrerie, un ovni... une plume qui promet et à suivre !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article